Synergie : Qi Gong et Shiatsu

"Comme beaucoup d’entres vous qui n’ont pas encore eu l’occasion de pratiquer le Qi Gong, j’ai été intriguée et aussi attirée par cette gestuelle harmonieuse observée dans les parcs parisiens, il y a longtemps… Mon expérience du Shiatsu depuis 1992, m’a ouvert des portes dans la compréhension  des phénomènes corporels et psychiques, et du fonctionnement énergétique du corps humain. J’ai pratiqué le Do In, approche japonaise d’auto massage, d’étirements des méridiens, d’assouplissements, indissociable de la pratique du Shiatsu. Ce fut un apport très enrichissant pour la prise de conscience corporelle et la préparation à la pratique du Shiatsu. Que pouvait m’apporter de plus le Qi Gong ?
Pour le savoir et le vivre, je me suis lancée dans l’aventure en 2006, en vue de nourrir encore plus ma pratique énergétique. Depuis ce temps, le Qi Gong m’accompagne quotidiennement et je l’enseigne. La synergie créée par l’utilisation de ces deux approches bénéficie pleinement au praticien de shiatsu, et c’est la raison pour laquelle elle est intégrée au cursus de formation « l’esprit Tao ».
Aujourd’hui, avec le recul de plusieurs années, j’ai envie de vous partager ce qui me semble être  les aspects essentiels de la pratique du Qi Gong et ce qu’elle  apporte au praticien de shiatsu." IR

Qu’est ce que le Qi Gong ?

C’est une des 5 branches de la médecine chinoise.
Le Qi est l’énergie vitale, le gong est le travail (la mise à l’œuvre). On peut dire que le Qi Gong  est une pratique pour cultiver le Qi.  Le but étant de faire circuler l’énergie  par le mouvement du corps et la respiration. La respiration et la concentration sont primordiales pour que  la pratique soit bénéfique.
Contrairement aux mouvements du Tai chi, ceux du qi gong sont assez courts mais pensés pour faire circuler plus efficacement les flux énergétiques selon les méridiens de la médecine chinoise.

Les bienfaits :

La pratique régulière du qi gong  est une bonne prévention du stress, et permet d’évacuer les tensions.  Elle développe les capacités de concentration, l’aisance pulmonaire, une meilleure connaissance de son corps, ses ressentis.  La souplesse se développe et les étirements amènent aussi une tonicité musculaire. Sur le plan général du mieux être, l’action sur les méridiens permet une meilleure résistance aux agressions extérieures, une régulation du métabolisme  de base.

Historique :

Le terme qi gong est utilisé depuis les années 50 pour regrouper l’ensemble des techniques énergétiques, des méthodes différentes dans leurs pratiques et leurs objectifs.
On peut distinguer 4 courants principaux : le taôisme, la MTC, le bouddhisme et les arts martiaux.
Les formes  enseignées  dans le cursus "l’Esprit Tao"  sont  issues des différents courants : Qi Gong médical (qi gong des 5 animaux, qi gong pour la femme, qi gong d’entretien de la santé, étirements des méridiens…),  tradition taoiste   (les 6 sons thérapeutiques), et bouddhiste (les 8 trésors de santé),  arts martiaux (tai chi Qi Gong)

Les fondements de la pratique :

Le qi gong n’est pas une simple gymnastique. Il associe les mouvements corporels, le souffle et la conscience. Les exercices peuvent être dynamiques : assouplissement des articulations, des muscles, des tendons, circulation de l’énergie. Aussi statique : renforcement de l’énergie vitale, développement des perceptions corporelles internes.

Si l’on considère le qi gong comme un ensemble d’exercices de santé on peut distinguer deux méthodes :

  • Des méthodes qui s’adressent à tous, pour l’équilibre général, et qui utilisent des enchainements mettant en mouvement l’énergie dans tous les méridiens, ou toutes les zones du corps.
  • Des méthodes à visée thérapeutique : des exercices spécifiques pour chaque organe ou méridien, ayant pour but de faire circuler , augmenter ou améliorer la qualité de l’énergie à cet endroit. Cette approche demande une connaissance de l’énergétique orientale  afin d’évaluer les besoins du pratiquant pour lui proposer des exercices.

 
La base des mouvements  (xing) est l’enracinement : « le corps est enraciné dans la terre et suspendu par le ciel » selon une expression chinoise. Ceci est le garant d’une bonne stabilité physique et psychique, permettant la fluidité des mouvements.
Les mouvements relient les différentes parties du corps harmonieusement, c’est le corps entier qui participe au mouvement, en respectant la physiologie du corps. Chacun devra trouver son mouvement juste, selon ses possibilités, ni trop forcer, ni trop peu.
La respiration (Qi) joue un rôle primordial : elle permet un échange entre l’intérieur et l’extérieur, recycler les énergies usées, impulser la vie dans le corps, et distribuer ces souffles. Grâce à l’inspiration, le pratiquant peut concentrer son énergie vers le centre (Le dan Tian), et avec l’expir, il favorise les mouvements de l’énergie vers les extrémités, et le bas du corps.
C’est la respiration naturelle la plus souvent utilisée, sans la bloquer ni la forcer quand il y a des difficultés de coordination des mouvements.
La conscience, ou l’intention de la pensée (Yi) va approfondir la pratique. On dit que la pensée guide l’énergie,  elle donne de la force au mouvement, le soutient, lui donne un sens. Pour cela,  le calme intérieur amené par la stabilité du corps, la respiration profonde, va permettre de guider cette pensée à travers le corps, la conscience corporelle et psychique devient  plus intense et donne une dimension encore plus énergétique à la pratique. Le corps et l’Esprit s’harmonisent, nous apprenons sur nous même en posant notre regard à l’intérieur du corps. Le pratiquant évolue par le mouvement dans le monde extérieur (yang), en étant connecté  à son monde intérieur (yin), par ses perceptions. La pratique du qi gong devient une interface entre le monde extérieur et le monde intérieur.
 

La rencontre du Shiatsu et du Qi Gong

L’approche Shiatsu comme dans les pratiques taôistes, recherche l’équilibre physique et psychique. Le déséquilibre étant du à une perturbation de la circulation des énergies qui soutiennent la vie.
Le shiatsu est aussi un art du toucher énergétique : le praticien, sa présence, l’action de ses mains,  rentre en communication avec le receveur, pour percevoir les mouvements du Ki (Qi).
 Le shiatsu   favorise la  ré harmonisation de l’énergie vitale du receveur, stimule ses forces de guérison,  en rétablissant une bonne circulation du ki dans les méridiens.
Prendre un réel contact avec le receveur demande au praticien d’adopter  une écoute de pleine présence, sans jugement, pour ressentir l’énergie de l’autre sans être parasité par sa propre énergie, ses émotions, ou une intention trop forte « d’agir « .
Développer cette qualité de présence  est possible avec la pratique de l’assise (zazen), et celle du Qi Gong.
Avant de chercher à me connecter au centre vital (hara) du receveur,  il me semble primordial de reconnaitre mon centre.  Comment je place ma conscience dans mon Hara (ou Dantian inférieur pour la tradition chinoise), pour sentir ma stabilité, mon ancrage, afin de développer un geste juste ?
Les techniques  respiratoires, associées à la concentration de l’esprit donnent naissance au mouvement juste dans la pratique du Qi Gong ; elles sont la base d’un toucher juste en Shiatsu.

Le praticien  de Shiatsu développe avec le Qi Gong :

  • Une meilleure conscience corporelle et énergétique. Grâce à la pratique il prend conscience de ses propres tensions, apprend à les relâcher, donne de la souplesse à son corps. Les techniques d’ancrage, lui permettent de s’aligner pour faire mieux circuler l’énergie dans son propre corps.
  • Des techniques pour guider le Ki  dans son corps, ses mains, afin d’utiliser tout son potentiel dans sa pratique shiatsu avec son receveur.
  • Une meilleure compréhension de lui-même sur un plan intime et profond. Cette qualité intérieure offre une plus grande disponibilité à l’écoute de l’autre.

 

Les témoignages des étudiants

« Le Qi Gong est pour moi une pratique indispensable pour le Shiatsu, dans le sens où elle permet une approche personnelle d'ancrage et de circulation énergétique. Ainsi il est plus aisé d'être disponible à ses receveurs, et la compréhension de l'autre est facilité par ce ressenti sur soi qu'amène le Qi Gong.
Reste à le pratiquer régulièrement… »!  C. F
 
« Pour moi le qi gong me permet d'avoir un meilleur ressenti et de mieux appréhender mon corps physique et énergétique, d’être plus à l'écoute des changements induits par le shiatsu lorsque je donne et /ou je reçois ». J.G
 
« Mon premier contact avec les arts énergétiques s'est fait par le Qi Gong. En effectuant des exercices de Qi Gong, je ressentais toujours mes mains et mes pieds bouillants, chaleur que je n'avais pas au début des cours. Je trouvais cela étrange car je n'avais ni fait de footing, ni couru un cent mètres mais juste fait des mouvements lents avec la respiration.
Lorsque j'en ai parlé à ma prof, elle m'a expliqué que c'était les mouvements du Qi, la circulation de mon énergie.
C'est le Qi Gong qui m'a fait me tourner vers le Shiatsu, j'ai voulu approfondir et comprendre cette circulation énergétique.
Et la pratique du Shiatsu m'a fait continuer le Qi Gong car en tant que donneur, il faut être bien dans son hara afin d'avoir un bon toucher, une pression juste.
La pratique du Qi Gong me permet de me recentrer, de sentir mon hara. Il me fait prendre conscience de ma respiration et me libère des tensions accumulées au cours de la journée.
Pour moi, le Shiatsu est un "soin" qui se donne, le Qi Gong est un "soin" que l'on se donne, à soi-même, et pour être un bon thérapeute, il faut déjà savoir prendre soin de soi, pour pouvoir prendre soin des autres... « N.G
 
« Grâce à la pratique du Qi Gong, mon corps gagne en souplesse et mes mouvements en amplitude ; ce qui facilite  mes positionnements et mes déplacements  autour du receveur lors d’une séance de shiatsu. Mes gestes sont plus fluides et mon ressenti énergétique est plus sensible. Ce qui confère à mon toucher plus de justesse et de finesse.  Le Qi Gong me permet également de me centrer rapidement et efficacement. » N.GL
 
« Le qi gong m'apporte beaucoup de bien-être. Ca m'aide à m'ouvrir, à me dénouer, à enlever les blocages et à sentir le mouvement de l'énergie en moi et même en dehors...
Je sens mon corps vivant et un grand bien-être quand l'énergie circule librement.
En shiatsu j'accompagne d'autres personnes dans leur travail d'harmonisation et de mieux-être. Pour ce faire j'ai besoin de mettre mon ego de coté, d'être le plus neutre possible pour m'ouvrir à l'autre et être à l'écoute de celle qui reçoit le shiatsu.
Ce que je ressens chez l'autre en shiatsu et qui va décider du déroulement de la séance de shiatsu c'est le vide ou le chaud, le vivant, la circulation ou le blocage dans le corps du receveur - les mêmes choses que je ressens chez moi-même en faisant du qi gong.
En plus, le qi gong est un bon moyen pour se détendre et se recentrer entre des séances de shiatsu. » C.M


Ce texte ne peut être reproduit sur un site Web tiers, sauf après autorisation préalable et à condition d'en mentionner la source via un lien hypertexte actif.