Éclaircissements autour du Massage Suédois

Le Massage Suédois est donc LE massage le plus pratiqué aux USA actuellement ?

C'est le massage le plus pratiqué dans les spas (Day Spas, Destination Spas, Resorts... ). C'est plus difficile d'estimer ce qui est pratiqué en cabinet privé, hôpitaux, et cabinets médicaux (car aux Etats Unis les masseurs de Bien Etre travaillent étroitement avec kinés, chiropracteurs, dentistes, chirurgiens et médecins).

Le suédois est le massage parfait pour la clientèle de spa. Les spas reçoivent beaucoup de clients qui n'ont jamais été massés, mais qui comprennent facilement (ou savent déjà) ce qu'est un massage suédois. Le client sait donc à quoi s'attendre, il est sécurisé. C'est aussi un massage qui permet d'éduquer le client et de l'intéresser à d'autres techniques et par conséquent, de le fidéliser.

C'est aussi le massage idéal pour un client que l'on ne va peut-être jamais revoir. Il y a souvent un suivit avec d'autres techniques mais ce n'est pas nécessaire avec le suédois. C'est un massage qui s'adapte facilement aux besoins/préférences de chaque client car on peut utiliser une pression forte ou légère, un rythme lent ou plus rapide. De plus le suédois cocoone les petites douleurs musculaires quotidiennes dont nous souffrons tous, que nous soyons un sportif ou une personne sédentaire assise devant un ordinateur toute la journée. C'est un massage qui donne un soulagement musculaire temporaire, relaxant et satisfaisant mais qui aussi éduque le client sur ses zones de tensions et donc peut l'intéresser à explorer les bienfaits du massage.

Ceci explique-t-il pourquoi il est incontournable sur la Carte des Spa Français depuis 2/3 ans ?

Oui, et de plus c'est un massage « économique » pour les spas. Pas de gaspillage de produits ou de besoin d'équipements sophistiqués. C'est aussi un massage qui peut s'offrir assez facilement en différent format, 30mn, 45mn, 60mn, 90mn tout en offrant de bons résultats en terme de « satisfaction client ».

Chez nous la super star des Massages jusqu'à présent était le Massage Californien. Quelles sont les différences entre ces deux pratiques et à votre avis le "Calif" va-t-il disparaitre pour laisser place au "Suédois" ?

Je ne veux pas vous décevoir mais le massage californien n'existe pas en Californie ni en Amérique du nord. D'ailleurs je ne suis pas si sure que le massage suédois existe sous ce terme en Suède.

Ce que vous appelez le massage Californien est une forme d'« Esalen massage ». Un massage développé au « Esalen Institute » a Big Sur en Californie. Si Esalen n'avait pas redonné vie au massage nous ne serions sans doute pas à avoir cette conversation maintenant. Le terme Esalen ne peut être utilisé que par des masseurs et enseignants formés par l'institut.

Le « californien » est moins structuré que le suédois et en général la profondeur ne varie pas autant. Les mouvements sont plus longs et maintiennent une fluidité constante. Je ne pense pas que le californien disparaitra et ce serait dommage. Peut être sera-t-il moins pratiqué dans les spas car la clientèle internationale ne reconnait pas ce terme et se dirigera donc plus facilement vers le suédois, terme plus familier.

Est ce qu'avoir le Californien et le Suédois sur la même carte de soins ne fait-il pas double emploi ?

Tout dépend des masseurs qui le pratiquent car ce sont des techniques qui peuvent se ressembler. Ce qui diffère le plus entre les deux techniques est l'intention derrière la session de massage. Par exemple un effleurage en Suédois peut être un mouvement d'exploration, (le masseur prend des notes mentales d'endroit de tensions où il faudra revenir travailler) et un effleurage en Californien peut être un mouvement faisant partie d'une chorégraphie avec seule but de relaxer et de maintenir une fluidité. De l'extérieur les mouvements sont semblables mais l'approche et le résultat très différents.

Note d'Isabelle TROMBERT, directrice de l'Ecole Ahimsa :

En France il est considéré que le Californien et plus « relationnel », plus « émotionnel » car il est la base du travail en relation d'aide par le toucher, en Somato-thérapie, ou thérapie psycho-corporelle type Gestalt SGM. Par ailleurs les masseurs de Suédois sont considérés comme plus précis et plus techniques que les masseurs de Californien. A chacun de choisir son créneau... Pratiquer les deux peut aussi être une façon de s'adapter à différentes attentes ou envies...

Actuellement tout le monde parle du "Deep" ou du "Deep tissue" ? De quoi s'agit-il exactement ? (Deep signifie profond en Anglais)

Le suédois est un massage qui agit sur la circulation, le système musculaire et autres avec pour but : créer une sensation de relaxation, de bien être et de confort. La durée de cette sensation post-massage varie énormément d'un client à un autre.

Le « Deep tissue » est un massage qui agit aussi sur les muscles, les tendons et sur le fascia avec pour but de soulager les tensions chroniques et de créer un changement structurel. C'est un style de massage qui en général nécessite des sessions régulières afin d'obtenir un résultat plus ou moins permanent. C'est une technique qui peut aussi prévenir certaines blessures. Les mouvements sont lents et la profondeur varie énormément suivant les endroits de restrictions. Les styles d'approche de cette technique varient énormément. Souvent le client doit suivre une série d'exercices ou d'étirements entre chaque session afin de maintenir l'effet de soulagement.

Note d'Isabelle TROMBERT :

Pour résumer en France :

  • Massage suédois = massage de bien être très technique, à l'huile, sur tout le corps, centré sur la détente de la masse musculaire et des tissus...
  • Deep Tissue = méthodes thérapeutiques nommées chez nous Fasciathérapie ou Fasciapulsologie
  • Deep Suédois = confusion d'appellation à clarifier avec le client, dans la plus part des cas il s'agit d'un massage suédois très profond, avec beaucoup de pression.

Beaucoup de personnes en France pensent que le "Deep" et le "Suédois" sont les mêmes, vrai ou faux ?

C'est un concept parfois difficile à cerner. Nous avions le même problème il y a plus de 15 ans dans les spas aux US. A l'époque le « Rolfing » était en plein boom, et était le « Deep » par excellence, mais relativement cher, douloureux et aussi demandant un engagement de 10 sessions de 90mn avec exercice à la maison, (je simplifie ma description de cette technique !). De plus la majorité des masseurs n'étaient pas formés à cette technique. Donc pas facile à vendre dans un spa ! Mais les clients étaient tout d'un coup persuadés qu'il fallait avoir mal pour que le massage soit efficace... 15/20 ans plus tard les clients de spa préfèrent le suédois qu'ils n'ont jamais déserté.

Du Rolfing et de Hellerwork sont nés beaucoup de techniques de « Deep Tissue »qui sont des techniques structurelles qui comprennent des techniques de Fasciathérapie.

Une des grandes différences entre le « Deep Tissue » et un « Deep suédois » est de nouveau l'intention et le point focal de la session de massage. Un « Deep Tissue » va essayer d'achever ou au moins d'initier un changement structurel chez le client c'est pour cela que le masseur va travailler au niveau du fascia, des jointures, des tendons afin d'éliminer certaine restriction de mouvement ou des douleurs. Un « Deep Tissue » ne veut pas nécessairement dire que le masseur va travailler très profondément ! Tout dépend du niveau de la restriction et de la tolérance du client. Si vous travaillez sur des mâchoires très tendues cela ne va pas demander beaucoup de force mais de la précision et de la patience. Le plus souvent pour un « Deep Tissue » l'outil de préférence est la lotion car avec de l'huile le masseur a moins de contrôle pour atteindre la profondeur désirée. Certaines techniques se pratiquent presque à sec.

Un suédois peut être plus profond ou plus intense qu'un « Deep Tissue » mais la sensation va être très différente. Imaginez le pétrissage d'un quadriceps, cela demande relativement beaucoup d'effort chez un masseur. En Suédois on dose sa profondeur en « écoutant » le corps. Il y a une limite qui nous permet de maintenir l'effet de relaxation sans créer de contraction et de donner la sensation de « It hurts good »-« la bonne douleur qui fait du bien». Par contre, le « Deep tissue » peut être brièvement douloureux * et il y a souvent une participation très active du client par la respiration et les mouvements et entre chaque massage.

* Nous n'utilisons jamais le terme douloureux aux US car faux nous utilisons « challenging » (traduction difficile)

Le « Deep Tissue » est constamment en évolution, il y a eu beaucoup de travail fascinant fait récemment sur le fascia et donc l'approche du corps humain pour les fasciatherapeutes change. Le « Deep Tissue » n'est pas techniquement plus compliqué que le suédois mais nécessite une très bonne compréhension/visualisation de l'anatomie, de la biomécanique et du fascia de la part du masseur.

J'introduis quelques mouvements de base de « Deep Tissue » dans mon cours Massage Suédois 2, car ils sont très faciles à intégrer dans un massage suédois et aussi répondent à une demande assez générale de la clientèle massage. Cela permet aussi aux étudiants d'avoir un tout petit aperçu du « Deep Tissue ».

Note d'Isabelle TROMBERT :

Pour les praticiens intéressés, la formation complète de fasciathérapeute en France, n'est ouverte qu'aux diplômés MKDE. Il vous faudra donc vous orienter vers la formation de Fasciapulsologie.

Si mes clients Américains me demandent du "Deep" dois-je leur expliquer qu'en France les Masseurs de Bien Etre n'ont pas le droit de pratiquer des techniques thérapeutiques et que chez nous les praticiens de "Deep" sont des fasciathérapeutes ?

Si vous dites à un client américain que votre toucher n'est pas thérapeutique vous risquez de vous mettre dans une situation compliquée (tragi-comique) ! Quelque soit le style de massage que vous pratiquez, si un client vous demande quelque chose que vous ne savez pas faire, soyez honnête et ensuite proposez un compromis. Votre client ne risque pas d'être intéressé par la légalité du massage en France, mais par un bon massage quelque soit le nom que vous lui donnez. Rappelez vous que parfois un client de spa qui réclame un « Deep tissue » réellement cherche un « Deep suédois » de bien être.

J'ai de la peine à entendre dire que le massage n'est pas thérapeutique. Tous touchers bien intentionnés sont thérapeutiques. Le bobo que l'on frotte, la main sur l'épaule qui réconforte... Le Touch Research Institute, en Floride, qui existe depuis les années 90 a publié assez de recherches pour le prouver. Le massage de bien être ici ou aux USA n'est pas médical. Tout comme en France, une personne faisant des massages de Bien Être aux États-unis, n'a ni le droit de diagnostiquer ni de traiter mais les effets de relaxation, de soulagement de douleurs, de diminution de la durée de convalescence, sont considérés thérapeutiques d'ou notre titre de « Massage Therapist » (ce terme n'est pas utilisable en France, pas plus que le terme de Massothérapeute qui n'est en vigueur qu'en Suisse ou au Canada).

Par rapport au mot « thérapeutique », note complémentaire d'Isabelle TROMBERT

A l'Ecole Ahimsa, il est enseigné trois règles d'or fondamentales qui précisent un cadre très clair :

  • En massage de bien être il n'y a pas de diagnostic.
  • En massage de bien être il n'y a pas d'objectif de soin, de guérison, de changement.
  • Un massage de bien être ne fait JAMAIS mal.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'utilisation du mot thérapeutique, car en France, il induit la notion de traitement et de guérison... Si je m'en réfère à ce qu'exprime Anne, alors un éclair au chocolat peut être thérapeutique puisque elle parle de réconfort, de détente, de soulagement des tensions, du stress... Il en va de même pour une semaine de vacances sous les cocotiers... ou même encore le bon petit verre de vin le soir après une longue journée...

L'unique finalité de ce que nous enseignons à l'Ecole Ahimsa est la détente, le réconfort, la relaxation. En aucun cas le soin, le traitement, la guérison ou le changement. La vraie question pour un praticien pourrait se rapprocher de celle ci : ai-je envie de devenir diététicien ou chef cuisinier ???

Comment gérer donc cette demande de massage musculaire (souvent pré et post Sportif) en respectant la Législation Française : Massage/Modelage-Bien-Etre différent de Massage-kiné ?

C'est une question difficile à répondre car tout d'un coup j'ai l'impression d'être « lost in translation » « perdu dans la traduction ». Aux US ou vous trouverez souvent des dizaines de tables de massages et masseurs aux lignes de départ et d'arrivée d'un 5K, 10K et marathon, les pré et post massages ne sont pas du « Deep Tissue ». Le pré est une méthode d'échauffement musculaire manuelle et d'étirements légers, fait immédiatement avant une course ou un match... (Imaginez : un suédois de 10mn fait vigoureusement !). De même le post massage est un système de compression musculaire et d'étirements ayant pour objet une récupération plus rapide en aidant une évacuation plus rapide de toxines au niveau musculaire (acide lactiques et autres). Ces deux types de massage durent entre 5 et 10 minutes ! Vous ne pouvez pas donner un « Deep tissue »de 90mn a un marathonien a l'arrivée. Donc il semble que légalement un masseur de massage de bien être puisse donner des massages pré et post course ** (Faux voir la note suivante). D'ailleurs bien souvent aux US ces massages sont gratuits et souvent fait soit par des élèves d?une école locale ou des masseurs cherchant à agrandir leur clientèle.

** Note d'Isabelle : en France, le massage de préparation ou de récupération sportive est uniquement effectué par des MKDE qui sont spécialisé dans le sport. Ce sont des préparateurs sportifs et leur cycle d'étude est plus spécialisé que des MKDE classiques. Ces pratiques ne sont donc pas celles des masseurs de bien être en France, puisqu'il s'agit de traiter et d'obtenir un résultat physiologique.

Le Massage Suédois est-il difficile à apprendre ? Plus que les autres techniques ?

Les mouvements sont relativement simples mais il faut savoir être présent et non-mécanique. Il faut aussi savoir que les mouvements ne sont pas tous adaptés à tout le monde. Par exemple, n'étant pas très grande, je fais très peu de mouvements qui me demandent de travailler sur la partie du corps à mon opposée. Par contre quelqu'un de très grand va pouvoir tirer beaucoup d'avantages de ces mouvements.

Comment formez-vous vos élèves ? Qu'est ce qui est important pour vous sur le plan pédagogique ?

Je laisse beaucoup de temps à la pratique, car il faut donner et recevoir le massage afin de comprendre les mouvements. Cela aussi me permet de corriger les positions/mécanique de corps des élèves afin d'éviter l'usure ou blessures à long terme.

La classe de massage doit être un endroit sécurisant pour mes élèves. Ceci leur permet ou me permet de pousser leurs limites. Il y a toujours un coté d'exploration personnelle dans un cours de massage. Apprendre le massage n'est pas seulement apprendre des mouvements ou une chorégraphie mais aussi découvrir des aspects nouveaux de soi même. Je dois aussi garder l'atmosphère relaxe car impossible de donner un massage relaxant si nous sommes tendus ! Mon approche reste toutefois très professionnelle. Chaque groupe d'élèves est différent, donc je ne suis pas rigide dans la façon dont j'enseigne car il faut s'adapter (pousser mes limites parfois ;).

J'essaie surtout de communiquer l'aspect multidimensionnel du corps et de la personne sur laquelle nous travaillons et aussi d'honorer et de respecter l'immense confiance que les clients nous font. Nous ne travaillons pas sur un dos, des bras, une tête... mais sur un ensemble connecté de façon parfois très évidente et parfois très subtile.

Je suis aussi très stricte sur les techniques de « draping ». Si on les apprend tout de suite et bien, cela devient seconde nature et le client n'est jamais exposé et se sent toujours en sécurité quelque soit les mouvements. Ceci est particulièrement important si vous travaillez avec une clientèle américaine relativement pudique.

J'aime aussi raconter à mes élèves mes « histoires de guerre » car en partageant mon expérience je peux peut-être leur éviter certaines erreurs.

Avez-vous une dernière chose à dire aux masseurs français ?

Le massage français évolue rapidement, mais les lois gouvernant la pratique du massage ne semblent pas évoluer aussi vite malheureusement. Je conseille aux masseurs d'essayer de donner des massages à tous les kinés qu'ils rencontrent. Montrez leur et expliquez leur ce que vous faites.

Il y a 20 ans nous nous battions en Californie pour que notre licence de masseur ne soit pas une façon pour la police de contrôler la prostitution et les kinés nous regardaient d'un oeil noir pensant que nous allions leur piquer la clientèle. Maintenant notre licence ne s'applique qu'à nous, les assurances maladies américaines remboursent les massages, la plupart des cabinets de kinés, de chiropracteurs et même de dentistes embauchent des masseurs, certains chirurgiens réclament des masseurs de bien être pour accélérer la convalescence post opératoire de leur malade. J'ai même vu des séances de Reïki faites sur un patient pendant une opération à coeur ouvert dans un hôpital de LA. Le massage de bien être a fait la couverture du prestigieux « Life magazine » au début des années 90 ! Je dirais donc qu'il y a espoir.

Mais ultimement il faut aussi essayer d'avoir une certaine cohésion entre les masseurs (l'union fait la force), il faut savoir laissez son ego et certaine politique a la porte parfois.

Je recommande aussi aux masseurs français de ne jamais cesser d'étudier, c'est d'ailleurs un côté fascinant de notre métier, il y a toujours du nouveau ! Et surtout n'oubliez pas de prendre soin de vous. J'espère que le yoga et le pilâtes et autres formes d'exercice/relaxation continuent à se développer en France les rendant plus accessibles à tous car se sont des disciplines très complémentaires au massage.

Merci, il était vraiment important, nécessaire et urgent de clarifier ces points fondamentaux sur la pratique du Massage Bien Etre en France.
Isabelle Trombert

 


Ce texte ne peut être reproduit sur un site Web tiers, sauf après autorisation préalable et à condition d'en mentionner la source via un lien hypertexte actif.